Atelier PNL

Le réseau d'expérience
de David Gordon et Graham Dawes

Cette page est une traduction libre d'une page que l'on pouvait trouver sur le site de D. Gordon et G. Dawes. Elle vous est proposée avec l'aimable autorisation de David Gordon


Compétence

Comportement Externe

Emotions

Navigable Array

Stratégies

Matrice de Croyance

Facteurs contributifs

Cliquez sur les images des réseaux d'expérience pour explorer leurs composantes

Compétence   

Navigable Array

  Compétence

                

La compétence est ce qu'une personne est capable de faire ou de vivre. Nous avons tous des compétences. Certains ont des compétences relativement rares (pensons à certains artistes de génies par exemple), d'autres n'ont accès à certaines de leurs compétences que dans certains contextes ou à certains moments (par exemple je gère efficacement mon temps dans ma vie professionnelle mais pas du tout dans ma vie privée).

Certaines compétences peuvent être utiles dans certains contextes mais vécues comme désagréables voire nuisibles dans d'autres

Pour modéliser il nous faut trouver une personne qui manifeste la compétence recherchée dans les situations qui le nécessitent.


Comportement Externe

Réseau d'expérience

Comportement Externe

       

Le comportement externe comprend l'ensemble de ce qui peut être observé de l'extérieur: les mouvements du corps, les attitudes, les rythmes, les expressions du visage, la couleur de peau, les mots ou expressions prononcées ... et qui contribue à la manifestation de la compétence modélisée


Emotions   

Réseau d'expérience

Emotions

      

Les ressentis émotionnels sont importants et complexes. Dans le processus de modélisation nous sommes intéressés par deux types d'émotion:

- Emotion de soutien -

Lorsque nous manifestons une compétence, nous pouvons souvent observer qu'une émotion particulière peut être présente qui nous permet de nous maintenir dans l'état en question et vient en support de notre compétence. Ces émotions de soutien sont souvent tellement liées à la compétence qu'il peut être impossible de manifester cette compétence sans cette émotion (exemple: pour pouvoir décider en fonction de mes propres critères je dois me sentir calme et centré).

- Emotions de signal -

Lorsque nous manifestons notre compétence, nous pouvons ressentir un flux d'émotions les plus diverses. Parmi celles-ci certaines naissent en réponse à ce que nous vivons sur le moment. Elles peuvent jouer un rôle indicateur significatif.


Stratégies   

Réseau d'expérience

Stratégies

      

Une stratégie en PNL est une séquence d'opérations exécutées en vue d'atteindre un objectif

La décomposition du processus doit permettre d'identifier une séquence d'opérations qui seront soit des représentations internes ("je me dis ...", "je me vois en train de ..", "je sens une tension..", ..) soit des comportements externes ("je dis..", "je fais ..", ..).

La stratégie se termine par un test qui permet de vérifier que l'objectif est atteint. Dans la négative le sujet va recommencer une série d'opérations dont il ne sortira que si le test de sortie est satisfait. Ce test de sortie est lié à un critère, une valeur à satisfaire.

Dans le réseau d'expérience on distingue:

- Le Test -

Que teste-t-on pour voir si un certain Critère est satisfait. La modélisation doit permettre de détecter ce que le sujet doit voir/sentir/entendre pour s'assurer que le critère est satisfit. Par exemple un employé estime qu'il a fait son travail lorsqu'il voit que son bac de courrier IN (courrier arrivé) est vide.

- Operation Primaire -

L'ensemble des opérations exécutées pour s'assurer que le test soit positif (critère satisfait).

- Operations Secondaires -

Si le test n'est pas OK, le sujet va effectuer un certains nombres d'autres opérations pour satisfaire le critère. On distingue 3 cas:

  • Le critère n'est pas suffisamment satisfait.
  • Le critère n'est pas satisfait du tout.
  • Il semble qu'il soit impossible de satisfaire le critère.

Croyances 

Réseau d'expérience

Croyances

         

- La Matrice de croyance -

La matrice de croyance est un élément essentiel qui sous-tend la manifestation de nos compétences. La structure de croyance permet d'expliciter les éléments qui ont un impact important sur tous les éléments de notre expérience.

La nature et le contenu de nos croyances sont infiniment riches et variés. On peut toutefois dégager deux types de structures : les Equivalences Critériales et les Cause-effets. Ces structures sont rassemblées dans le schéma appelé : Matrice de croyance:

Equivalence critériale 

Réseau d'expérience

Equivalence critériale 

Les Critères: Ce qui est important dans la situation en question.

Nous donnons du sens à nos expériences en fonction de certaines critères. Ces critères sont des éléments qui nous servent d'étalon de mesure. Ainsi une expérience sera vécue comme agréable ou désagréable selon qu'elle satisfaira ou non nos critères. Ainsi si nous décidons d'aller voir un film comique pour nous distraire nous évaluerons le film sur base de critères tels que humour, plaisir ou détente pour dire si le film était bon ou non. Dans ce cas l'humour ou la détente seront les critères qui entreront en jeu.

Le choix du critère dépendra de la situation, du contexte et de la personne qui vit l'expérience. Le choix du critère affectera de manière drastique la manière dont nous vivrons l'expérience et notre manière de réagir. Dans une réunion de crise on comprendra qu'une personne privilégiant l'efficacité se comportera différemment d'une autre privilégiant la bonne entente.

La Définition: La description de l'expérience liée au critère.

Qu'entend-on par "utile", "juste", "poli" ? Chacun de ces critères est une étiquette pour un ensemble d'expériences. Les valeurs ou critères sont des notions abstraites et il est utile de comprendre quelle expérience la personne associe à tel ou tel critère. Lorsque la personne modélisée nous parlera par exemple du critère de détente il sera nécessaire de lui demander quelles expériences elle associe à ce critère. Pour certains ce sera un séance de relaxation pour d'autres un jogging de 2 heures.

Le critère associé à sa définition (l'expérience liée au critère) forment ce que l'on appelle une "Equivalence Critériale." parfois appelée équivalence complexe

Cause-Effet    

Réseau d'expérience

Cause-Effet

Cause-Effets: Nos croyances à propos des causes permettant de satisfaire le critère et de ses effets quand il est satisfait.

Par exemple:

"Je peux faire n'importe quoi si je travaille assez dur"

Travailler dur
>>
faire n'importe quoi

 

"Quand je suis calme je me sens plein de ressources

Calme
>>
plein de ressources

La question est de savoir les causes-effets qui sont liées au critères que la personne cherche à satisfaire lorsqu'elle manifeste sa compétence. Les deux classes de croyances causes-effets sont les "Causes-effets de permission" et les "Causes-effets de motivation".

Les Causes-Effects de Permission identifient les comportements ou les croyances qui permettent de satisfaire le critère. Par exemple je peux croire que pour avoir de l'ordre je ne dois pas me sentir stressé. Mon état de calme "Rend possible" le fait d'avoir de l'ordre.

Les Causes-Effects de motivation identifient un critère plus profond, plus important dans la hiérarchie des critères qui sera atteint par la satisfaction du critère en question. Pour reprendre l'exemple ci-dessus, je peux croire que si j'ai de l'ordre je suis efficace. Par le simple fait de percevoir une cause-effet entre l'ordre et l'efficacité ET parce que l'efficacité est importante pour moi je peux me sentir motivé pour avoir de l'ordre (le critère en question).

Croyances de soutien

Réseau d'expérience

Croyances de soutien

        

"Les croyances de soutien" sont des croyances qui jouent un rôle non central dans la manifestation de la compétence mais qui l'influencent de manière non négligeable.

Par exemple, dans le cas de la compétence "avoir de l'ordre", la personne modélisée peut avoir la croyance que "toute chose a une structure, il suffit de la faire apparaître". Cette croyance n'est pas à la base de la compétence mais elle apporte un nouvel éclairage sur la satisfaction du critère "ordre". Si on imagine une croyance opposée du style "tout est chaos", on comprendra que le sujet aborde le rangement de son espace avec un autre regard. Dans le premier cas il ne fera que révéler la structure en plaçant chaque chose à sa place, dans le second, il partira en croisade pour devenir le créateur d'un espace structuré.

La structure de croyance spécifie le critère et les cause-effets qui sont à la base de la compétence alors que les croyances de soutien incluent toute autre croyance venant affecter l'expression du critère et de ses cause-effets.


Facteurs Contributifs

Réseau d'expérience

Facteurs Contributifs

        

La manifestation d'une compétence ne se limite pas à concrétiser une structure interne. Bien souvent, un ensemble d'autres éléments sont nécessaires qui ne font pas partie intégrante du réseau d'expérience. Nous pensons ici à des pré-requis, préparations, aptitudes ou toutes autres considérations liées à la compétence; ce sont les "facteurs contributifs".

Par exemple, imaginons que nous modélisions un expert boursier sur son choix des valeurs à acheter ou à vendre. Nous identifions ce qu'il fait en terme de comportement, d'émotion, de stratégie et de croyances alors qu'il analyse le marché. A un moment donné l'expert nous dit qu'il est important pour prendre de bonnes décisions de se tenir au courant de l'évolution de la situation politique nationale. Même si ce suivi du contexte politique est important pour cet expert, il ce n'est pas quelque chose qu'il fait pendant qu'il effectue ses opérations boursières. C'est une compétence qui s'exerce en dehors de la compétence, il s'agit donc d'un facteur contributif. L'analyse de cette compétence pourrait nécessiter de dresser un réseau d'expérience spécifique.